Histoire & Palmarès

Fin des années 1960, le club évolue au niveau régional. Lors de la saison 1963-1964, Lucé est éliminé par Bourges lors du 4e tour de la Coupe de France.

Bernard Chiarelli arrive au club en 1968 et reprend le club en promotion honneur. Il remporte dès la première saison le championnat de Division d'honneur et donc la montée à l'échelon national pour évoluer en championnat de France amateur.

Pour sa première saison en CFA (renommé Division 3 l'année suivante) et l'arrivée de Frédéric N'Doumbé, le club fini 15e et avant-dernier mais poursuit l'aventure à ce niveau. Les saisons suivantes, dans la nouvelle D3 donc, donnent l'occasion de voir des derby contre les voisins du VS Chartres, très suivis par le public qui se déplace en nombre au stade Jean Boudrie. L'arrivée de joueurs comme André-Marie Gumez (en 1973) permet au club de terminer 1er de sa poule lors de la saison 1975-1976 et d'accéder en 2e division.

Les années en division 2 (1976-1980)

L'heure de gloire de l'Amicale arrive dans les années 1970, où sous les ordres de Bernard Chiarelli, le club va gravir les échelons du football français et dépasser son rival de l'époque le Vélo Sport Chartrain (VSC), pour arriver jusqu'en deuxième division. Le club est alors la vitrine de l'Eure-et-Loir et en est aujourd’hui le seul club à avoir atteint un aussi haut niveau en football.

Les deux premiers matchs en Division 2 se terminent par autant de défaites à l'extérieur contre le Quimper Cornouaille FC et le Stade athlétique spinalien. La première victoire à cet échelon pour les lucéens vient lors de la 3e journée et la réception de l'Amiens SC (4-1). Jusqu'à la 22e journée, les Verts ne connaissent que deux fois la défaites chez l'US Nœux-les-Mines et le LB Châteauroux, 1-0 dans les deux cas. Le stade Jean-Boudrie voit notamment tomber le SM Caen (3-0), le Stade brestois 29 (3-1), le RC Strasbourg (1-0) ou encore le FC Lorient (4-1). Le dernier tiers est plus difficile pour l'Amicale qui connait davantage de revers. Mais l'ALF ne s'incline pas face au futur champion Strasbourg (1-0 puis 1-1). Promis à la descente, les joueurs de l’Amicale finissent 4e, après avoir occupé la 2e place au classement au mois de janvier. En mars 1977, Bernard Chiarelli laisse sa place sur le banc reprise par Bernard Goueffic, entraineur-joueur jusqu'à la fin de saison. Petit club de promotion honneur, Chiarelli amène l'Amicale de Lucé en D2 en 10 ans. Il déclare plus tard : « avec mes diverses sélections en équipe de France, Lucé reste une de mes grandes fiertés. Dans cette petite ville de 15 000 habitants, on faisait le plein à chaque match en attirant 11 000 spectateurs. On a même battu le Strasbourg de la grande époque ».

Hervé Guermeur et Branislav Kostić rejoignent les Yannick Plissonneau et autre Raynald Guegain, Lucé s’installe dans le ventre mou du championnat, rêvant d’un destin à la Laval. Pour la saison 1977-1978, avec André Grillon sur le banc, l'Amicale doit attendre son 5e match pour faire trembler les filets et une victoire 1-0 contre le Quimper Cornouaille FC. Entre temps les verts connaissent 3 matchs nuls 0-0 et une défaite 5-0 à Lille. Durant toute la saison, jamais les lucéens ne marquent plus de deux buts dans un même match. Ils terminent l'exercice avec la 16e attaque du groupe B (26 buts en 34 matchs), derrière le SM Caen bon dernier du classement général. Malgré tout, le club eurélien finit à la 8e place en concédant moins de buts et de défaites que la saison précédente.

En 1978-1979, l'Amicale s'incline d'entrée en se déplaçant chez le FC Mulhouse. Elle doit attendre la 4e journée et la réception d'Angoulême pour connaître son premier succès de la saison (3-0). Le mois d'octobre est décevant avec 4 défaites en autant de matchs dont un lourd 4-0 encaissé chez le futur champion de la poule, le Stade brestois 29. La suite de l'exercice alterne le bon et le moins bon pour se terminer à la 11e place du groupe B. L'équipe voit partir à l'intersaison son gardien Patrick Bernhard.

La saison 1979-1980 commence elle aussi par une défaite à Rouen (3-1). Il s'en suit trois matchs nuls 1-1 avant 7 défaites en 8 matchs. Les verts subissent notamment un 4-0 à Reims, suivi d'un 5-1 à Chaumont et un 7-1 à Nœux-les-Mines un mois plus tard. L'Amicale se rattrape par la suite avec deux victoires 2-0 de suite fin octobre avant de terminer la phase aller sur 3 défaites. La phase retour commence par une victoire à Angoulême puis à nouveau trois matchs nuls 1-1 de suite. Sur les 13 dernières journées, l'ALF connaît 9 défaites. Malgré l’arrivée de Bernard Lech, l'Amicale termine premier relégable avec 19 revers en 34 journées et deux fois plus de buts encaissés que marqués (30 pour 62). Le club redescend dans l’anonymat du championnat amateur et André Grillon quitte son poste d'entraîneur.

Maintien au niveau national (1980-1999)

Relégué au 3e échelon du football français, André Grillon est remplacé par Patrick Bernhard, parti joué à Nancy un an plus tôt et revenu comme entraineur. Farid Boudebza quitte lui le club à l'été 1981 après 9 saisons à la pointe de l'attaque lucéenne. L'Amicale de Lucé reste quatre saisons en Division 3 en luttant pour le maintien chaque saison, finissant 13e (sur 16) les trois premières années et dernier lors de l’exercice 1983-1984. Yves Lacaille, ancien joueur du club, prend les rênes de l'équipe.

Lucé vit 7 saisons en Division 4 et remonte finalement en D3 en 1991 sous les ordres de Christian Jahan qui ne reste qu'une saison aux commandes de l'équipe, remplacé à nouveau par Yves Lacaille. Il mène le club durant deux saisons difficiles en 3e division qui se termine par une descente en Nationale 3 nouvellement créée et 5e échelon du football en France (ex-CFA 2).

Le vendredi 9 juin 1995 depuis l'auditorium du Centre technique national du football de Clairefontaine, Pierre Cellot, alors président du club-phare du département, présente son projet de grand club Lucé-FC Chartres, qui ne verra jamais le jour. L'ALF passe la deuxième moitié des années 1990 (de 1993 à 2001) en N3 puis CFA 2 (appellation depuis 1998) en échouant les six premières saisons aux portes de l'accession en CFA.

Le club accueille à 4 reprises, en 1993 et 1994 pour l'ALF puis 1998 et 2009 pour d'autres équipes, le Variétés Club de France dans son stade Jean Boudrie, avec notamment la présence de Michel Platini, Dominique Rocheteau, Maxime Bossis, Vahid Halilhodžić, Mustapha Dahleb ou encore Yannick Noah.

Durant les années de présidence de Pierre Cellot, l'Amicale de Lucé est en accord avec le Paris Saint-Germain.

Retour à l'échelon régional (depuis 1999)

Décente aux tréfonds du régional (1999-2004)

L'Amicale commence à purger un passif estimé à 200 000 euros né sous l’ère du président Pierre Cellot. Le club vit alors en CFA2 et est même près d’atteindre le CFA. Le déficit abyssal découvert, le club est mis en liquidation judiciaire et ne cesse de descendre les échelons pour se retrouver en Promotion d’honneu.

C'est sous la direction d'André Bodji, revenu après une saison dans l'Essonne, que le club quitte le niveau national en 2001, perdant son statut de vitrine du département au profit du FC Chartres. Bodji reste 3 saisons, dont la première du club en Division d'honneur depuis 1968-69, et laisse ensuite sa place à Jean Gomez.

Avec Gomez, les Verts sont relégués dès le premier exercice et une 13e place de DH. En 2004, le club connaît des difficultés financières qui engendrent une sanction sportive de la part des instances de contrôles et la relégation en Promotion d'honneur, dernier échelon régional.

Remontée (2004-2008)[modifier | modifier le code]

Le club remporte le championnat avec le retour de l'ancien joueur Yannick Plissonneau sur le banc et remonte en Division d'Honneur Régionale pour l'année suivante. C'est alors que l'idée de créer un club à l'échelle de l'agglomération chartraine, et une fusion avec le FC Chartres, voit le jour. Des discussions ont lieu et beaucoup d'adhérents lucéens rejoignent le club de la préfecture d'Eure-et-Loir notamment le président Jean-Phlippe Dantan mais aussi des joueurs séniors et beaucoup de juniors. Mais l'Amicale ne peut rejoindre le FCC en DH à l'issue de la saison 2006-2007, sa montée étant refusée par la DRCG pour raisons financières. En plus d'une différence de point de vue, le club de l'agglomération, dont le nom de FC Chartres Métropole était déjà choisi, ne voit pas le jour.

Lors de la saison 2007-2008, le club décroche la 3e place est la montée lui est cette fois accordée. Pour son retour dans l'élite régional, les Verts connaissent une saison difficile et Yannick Plissonneau est limogé en février 2009. Plissonneau attaque alors le club aux prud'hommes pour licenciement abusif. Yves Lacaille prend le poste jusqu'à la fin de saison mais ne peut empêcher la décente en DHR.

Stabilisation malgré les dettes (depuis 2008)

Revenu en DH en 2008 sous l’impulsion de l’entraîneur Yannick Plissonneau, l’Amicale n’y séjourne qu’une saison pour retomber en DHR en consommant trois entraîneurs (Plissonneau, Yves Lacaille, Christian Hubert) en l’espace d’un an et demi et vivre un dernier exercice dans l’anonymat. En effet, le club est relégué en Division d'Honneur Régionale (DHR) au terme de la saison 2008-2009. Fin septembre 2009, lors de la saison suivante, Lacaille décide de prendre sa retraite. Éliminé dès le 3e tour de la Coupe de France, le club est alors sur la 3e marche du podium de DHR avec deux victoire. Christian Hubert prend la tête de l'équipe jusqu'à la fin de saison.

 

Avant le début de la saison 2010-2011, l’Amicale de Lucé est en balance avec l'OC Châteaudun pour être repêché en Division d'Honneur à la suite de la rétrogradation par la DNCG de la réserve du Joué-les-Tours Football Club Touraine. Après auditions, Lucé, pourtant 6e de son dernier championnat mais qui a fini de purger ses dettes du passé, est préféré à Châteaudun qui accuse un passif de 20 000 euros. Mais mal préparé à évoluer dans l'élite régional, la saison est difficile pour le club eurélien. Après 4 journée, les lucéens sont lanternes rouges avec deux matchs nuls et deux défaites. En février 2011, les Verts voient le départ de leur entraîneur, Zakaria Labsy, remplacé par son adjoint, Benoît Pillu. Les Lucéens, sont toujours derniers au classement alors que Pillu est secondé par Mickaël Nicolo, gardien de l'équipe. L'Amicale de Lucé termine la saison à la 13e et avant-dernière place devant l'USM Montargis. Le tandem Nicolo-Pillu n'est pas reconduit en Division d’honneur.

« Si un club a une histoire dans le département, c'est bien l'Amicale de Lucé et nous ne le laisserons pas tomber. »

Emmanuel Lecomte, Maire de Lucé, en 201.

En octobre 2011, Gilles Gallou s'installe au poste d'entraineu. Le club est alors décrit comme la risée du département avec la plus mauvaise défense du championnat (44 buts encaissés) et une défaite 10-0 subi contre le FC Drouais. À la fin de la saison, l’Amicale est assurée de descendre en DHR après une saison difficile (0 victoire, 3 nuls et 19 défaites).

Lors de l'Assemblée générale de la saison 2011-2012, le président Angelo Vitale dit avoir fait une erreur en acceptant la montée en DH après avoir terminé 6e de DHR. « On n'a pas eu les moyens financiers et humains pour bien s'y comporter », rappelle-t-il à la suite de la perte de 76 joueurs lors de la dernière intersaison, dont 40 exclus pour indiscipline. D'où les rétrogradations des deux formations seniors et le forfait des équipes jeunes U17 DHR et U15 DH. Dans l'impossibilité de recruter, le club doit faire des économies en raison de l'affaire Plissonneau qui coûte 42 900 € (pour licenciement abusif de l'ex-entraîneur) aux prud'hommes. « On a déjà réglé 25 000 € sans demander un sou à la mairie (la subvention municipale est alors de 92 000 €) et on continuera ainsi. En 2013, on aura réglé nos dernières dettes des années "Greg le Millionnaire" et de l'ère "Cellot" des années 1990 et, enfin, on disposera d'un budget 100% football et non dédié à payer des mercenaires qui ont pillé le club depuis 20 ans ».

Lors de la saison 2012-2013, l'Amicale risque à nouveau de descendre au plus bas étage régional. « Le maintien ? Tout dépend des joueurs. S'ils sont conscients de l'objectif, on peut s'en sortir. Il y a de la qualité, elle n'est pas pléthorique c'est sûr, mais on a les moyens pour y arriver. J'ai en moyenne 4 joueurs aux entraînements ! C'est fatigant, usant, frustrant, mais je suis toujours là ! », rétorque Gilles Gallou, nostalgique de l'Amicale. Avec sa perte massive de joueurs, l'Amicale ne compte alors plus que trois équipes en son sein : une en Division d'Honneur Régionale, une réserve en 3e division de district et une équipe à 7 en U13 départemental. Toutes trois en difficultés dans leur championnat respectifs. Malgré un effectif peau de chagrin, Lucé se sauve finalement au prix d'une remarquable deuxième partie de championnat pour une 7e place finale. Gilles Gallou démissionne alors de son poste d'entraineur après avoir sauvé deux fois Lucé de la relégation en PH. Il est remplacé par un duo composé d'Éric Dohey et Joël Mélois.

Les deux nouveaux coaches de l'Amicale de Lucé peuvent s'appuyer sur un groupe d'environ 45 unités pour composer les deux premières équipes du club, contre 25 la saison précédente. Mais victime de l’état de sa pelouse rongée par les vers selon Joël Mélois, mais surtout de son manque d’investissement pour le président Angelo Vitale, Lucé se dirige tout droit vers la descente en PH en mars 2014. Au début de saison, avec le duo Mélois-Dohey, une dette apurée et un groupe largement plus étoffé, les Verts imaginent un parcours plus paisible. Après 13 journées, soit un peu plus de la moitié du championnat, les Verts pointent au dernier rang de la poule A sans la moindre victoire, deux matches nuls et 12 buts marqués (dernière attaque) pour 38 encaissés (avant-dernière défense).

Dossier avorté un an plus tôt, la proposition de ne faire qu'un même et seul club sur la ville de Lucé est remise au gout du jour en 2014.

Logiquement relégué en Promotion d'Honneur (PH), plus bas échelon régional, l'Amicale de Lucé recrute Thibaut Hébert. Celui-ci déclare vouloir accéder au plus haut niveau régional en 4-5 ans et la DHR en 2 ans.

 

Entraîneurs

Nom Période
Drapeau : France Bernard Chiarelli 1968 - mars 1977
Drapeau : France Bernard Goueffic mars - juin 1977
Drapeau : France André Grillon 1977 - 1980
Drapeau : France Patrick Bernhard 1980 - 1984
Drapeau : France Yves Lacaille 1984 - 1988
n.c. 1988 - 1990
Drapeau : France Christian Jahan 1990 - 1991
Drapeau : France Yves Lacaille 1991 - 1993 (2)
Drapeau : France Noel Tosi 1993 - 1994
Drapeau : France André Bodji 1994 - 1998
Drapeau : France Jean-Yves Kerjean 1998 - 1999
Drapeau : France André Bodji 1999 - 2002 (2)
Drapeau : France Jean Gomez 2002 - 2004
Drapeau : France Yannick Plissonneau 2004 - fév 2009
Drapeau : France Yves Lacaille février - sept 2009 (3)
Drapeau : France Christian Hubert sept 2009 - 2010
Drapeau : Maroc Zakaria Labsy 2010 - fév 2011
Drapeau : France Mickaël Nicolo (EJ) et Drapeau : France Benoît Pillu fév - juin 2011
Drapeau : France Gilles Gallou 2011 - 2013
Drapeau : France Joël Mélois et Drapeau : France Éric Dohey 2013 - 2014
Drapeau : France Thibaut Hébert 2014 -

Le premier entraîneur connu de l'Amicale de Lucé est Bernard Chiarelli qui arrive au club en 1968. Il permet au club de remporter son premier titre de Division d'Honneur en 1969. Après 7 ans en Division 3, l'équipe termine première du groupe Centre en 1975-1976 et est promue en Division 2. Chiarelli quitte le club en mars 1977 après les premiers mois du club en D2. Bernard Goueffic assume le rôle d'entraîneur-joueur par intérim jusqu'à la fin de saison.

Durant la trêve estivale, l'ex-international français André Grillon arrive sur le banc lucéen. C'est lui qui dirige l'équipe durant ses 3 autres saisons en 2e division. À la suite de la descente du club en D3, Patrick Bernhard revient au club après être retourné passer sa dernière saison à Nancy. Lors de la première saison (1980-1981), il mène le club a une 13e place, comme lors des deux saisons suivantes (1981-82 et 1982-83). Lors de l'exercice 1983-1984, le club termine dernier et est relégué en Division 4. Yves Lacaille, lui aussi ancien joueur du club, prend les rênes de l'équipe fanion.

En 1990, Christian Jahan arrive sur le banc eurélien est mène l'équipe à la 2e place de Division 4 1990-1991. Jahan est remplacé par Yves Lacaille qui fait son retour. Il mène le club durant deux saisons difficiles en 3e division qui se termine par une descente en Nationale 3 nouvellement créée et 5e échelon du football en France (ex-CFA 2).

Noël Tosi prend d'abord la direction de l'équipe avant d'être remplacé au bout d'un an par André Bodji. Il reste 7 saisons à Lucé, entre-coupé d'une saison où l'équipe est confiée à Jean-Yves Kerjean en 1998-1999. Lors de son second passage, Bodji ne peut empêcher la relégation en Division d'Honneur. Il reste la première saison au niveau régional avant de laisser sa place à Jean Gomez qui ne accompagne l'équipe vers une nouvelle relégation sportive avant de subir la rétrogradation administrative du club en PH la saison suivante.

Tombé en Promotion d'Honneur, Yannick Plissonneau, joueur emblématique des années en 2e division, arrive sur le banc. Il connaît deux montées en 4 saisons avant d'être licencié en février 2009 alors que le club est remonté dans l'élite régional.

Yves Lacaille, ancien joueur et entraîneur de l’Amicale, vient s'assoir pour la troisième fois de sa carrière sur le banc lucéen. Il possède le diplôme d’entraîneur fédéral (DEF) requit pour diriger en Division d’honneur. Il est alors épaulé par le gardien Mickaël Nicolo et le meneur de jeu Nicolas Mammarrella, joueurs qui ont pris en main l'équipe lors de l’intérim. Mais le club est relégué en Division d'Honneur Régionale (DHR). Fin septembre 2009, lors de la saison suivante, Lacaille décide de prendre sa retraite. Le retour de Nicolo, qui possède un BEES, tout comme un autre joueur Eric Dohey, est alors envisagé. « Je souhaite plutôt un patron qui soit hors du jeu. Ce n’est pas une surprise qu'Yves parte car il me le rappelait toutes les semaines mais je pensais pourtant qu’il finirait la saison », répond le président Angelo Vitale.

Christian Hubert est le nouvel entraîneur. Mais en juin 2010, l’Amicale de Lucé annonce que l’entraîneur n'est pas reconduit la saison suivante. Le président Angelo Vitale parle de conflits à répétition avec les joueurs et d’entraînements inadaptés. Son remplaçant est Zakaria Labsy, ancien entraîneur de la réserve du FC Chartres et un temps approché par la Fédération du Maroc de football. En février 2011, les Verts voient le départ de Labsy, remplacé par son adjoint Benoît Pillu]. Pillu est secondé par Mickaël Nicolo, gardien de l'équipe première. À la fin de la saison, le tandem Nicolo-Pillu n'est pas reconduit en Division d’honneur. Pillu quitte le club, déclarant vouloir se mettre en retrait du monde footballistique. L’Amicale use alors son 4e entraîneurs en deux saisons.

En octobre 2011, Gilles Gallou prend le poste d'entraineur. Dès le début, les choses sont claires. Il déclare alors : « J'apporte ma contribution, mais je ne vais pas faire carrière à Lucé. Dans mon contrat, il est stipulé que si je trouve un club, je peux partir du jour au lendemain ». À l'été 2013, Gallou démissionne après avoir sauvé deux fois Lucé de la relégation en PH. Il est remplacé par un duo composé d'Éric Dohey et Joël Mélois. « Ça m'ennuie qu'il parte, parce que c'est un mec bien et qu'il a contribué à maintenir le club, avec peu de moyens. Mais on avait un accord tacite. »

Le club terminant dernier de DHR, Thibaut Hébert est nommé entraîneur pour la saison 2014-2015. Pour Hébert, l’objectif est de relancer l’équipe reléguée en PH.

Joueurs

Nom Poste Saisons à Lucé Nombre de saisons Matchs (buts)
Drapeau : France Yannick Plissonneau Défenseur (puis entraineur) 1975-1979 et 1984-1988 (puis 2004-fév.2009) 13 saisons  
Drapeau : France Yves Lacaille Défenseur (puis entraineur) 1976-1981 (puis 1984-1988, 1991-1993 et fév.2009-2009) 12 saisons  
Drapeau : France Dominique Dufoix Attaquant 1971 - 1981 10 saisons + 200 (+ 30)
Drapeau : France Farid Boudebza Attaquant 1972 - 1981 9 saisons + 200 (?)
Drapeau : France Patrick Bernhard Gardien (puis entraineur) 1976-1979 (puis 1980-1984) 7 saisons 92 (0)

L'un des premiers joueurs connus de l'Amicale de Lucé est Frédéric N'Doumbé, joueur en Eure-et-Loir lors de la saison 1969-1970, puis vient André-Marie Gumez de 1973 à 1976.

Durant les quatre saisons de Division 2, l'ALF voit passer beaucoup de joueurs célèbres dans son effectif comme Hervé Guermeur (1977-1978) et Bernard Lech (1979-1980) ou encore Charles Léa Eyoum (1976-1977), Joël Prou (1976-1977), Bernard Goueffic (1976-1979), Branislav Kostić (1977-1981), Ramón Ramírez (1978-1981) et Michel Raulin (1979-1980) souvent des joueurs en fin de carrière venant jouer leurs derniers matchs en 2e division.

Xavier Chalier (1991-1993), Patrice Colas (1996-2001) et Vincent Dufour (1996) foulent à leur tour la pelouse du stade Jean Boudrie dans les années 1990.

 

Aucun sondage

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 ST JEAN LE BLANC FC 25 10 8 1 1 0 19 7 0 12
2 AVOINE O. CHINON C. 21 10 6 3 1 0 20 8 0 12
3 MONTLOUIS 20 10 6 2 2 0 29 13 0 16
4 SULLY S/LOIRE 18 10 6 0 4 0 20 12 0 8
5 ST PIERRE DES CORPS 18 10 5 3 2 0 21 11 0 10
6 C.A. PITHIVIERS 12 10 3 3 4 0 21 23 0 -2
7 LUCE 12 10 3 3 4 0 18 18 0 0
8 C.S. MAINVILLIERS FO 12 10 2 6 2 0 14 15 0 -1
9 BEAUGEN.USBVL 8 10 2 2 6 0 9 20 0 -11
10 FERRIERES GAT 7 10 2 1 7 0 14 37 0 -23
11 VIERZON FC 7 10 1 4 5 0 13 23 0 -10
12 CHARTRES F.C. 5 10 1 2 7 0 9 20 0 -11
  • Giraud El
    21 décembre

    Giraud El

    Joueur

    10 ans

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU